Tous les jours du 1er juin au 29 septembre 2013

Gérard PIOUFFRE

PiouffreEcrivain, spécialiste de l’histoire de la marine. Sur les vingt-cinq ouvrages qu’il a publiés, cinq sont plus particulièrement consacrés aux paquebots. Il s’agit de :

- Paquebots, des lignes régulières aux croisières (en collaboration avec Bernard Crochet), Paris, Éditions ETAI, 2009. Ce livre a été couronné par l’Académie de marine.
- L’âge d’or des voyages en paquebot, Paris, Éditions du Chêne, 2009. Cet ouvrage a été coédité aux États-Unis, en Allemagne, en Espagne et en Italie.
- Le Titanic ne répond plus, Paris, Éditions Larousse, 2009.
- Nous étions à bord du Titanic, Éditions First, Paris, 2012.
- Les Grands naufrages, Éditions First, Paris, 2012.

Au cours des cinq dernières années, Gérard Piouffre a donné de nombreuses conférences sur les paquebots et il a été l’invité de plusieurs émissions radio et télévisées en France, en Belgique et en Suisse.

 

 

Conférence du 2 septembre 2013 - Construction navale et révolution industrielle au XIXe siècle

Du XVIIe siècle à la fin des guerres napoléoniennes, la construction navale n’a pratiquement pas évolué. Les navires naviguent toujours à la voile et leurs longueurs ne dépassent guère 60 m. Très rapidement, les coques en bois se déforment, les extrémités ayant tendance à s’enfoncer plus dans l’eau que la partie centrale. On dit alors que la quille prend de l’arc.

Au XVIIIe siècle, les constructeurs renforcent certaines parties de la charpente par des éléments en fer, puis à l’ère des clippers, ce seront les navires eux mêmes qui deviendront « composites », avec des structures métalliques recouvertes de bordés en bois. Parallèlement, la propulsion mécanique se développe, grâce aux progrès des machines à vapeur et de la métallurgie. En moins d’un siècle on passe ainsi du navire marchand qui file 12 à 13 nœuds par bonne brise, au paquebot rapide qui dépasse 25 nœuds et dont la capacité ne cesse de croître. Comment les chantiers navals sont-ils passés de l’âge du bois à celui du métal ? Quelles sont les nouvelles méthodes de construction des coques ? Comment procède-t-on au lancement et à l’achèvement à flot ? C’est à ces quelques questions que nous nous efforcerons de répondre.

 

© 1987-2010 RMS Titanic, Inc., une filiale de Premier Exhibitions, Inc. - Site réalisé par Paris in pad, votre agence d'innovation pour les professionnels du tourisme.
Référencement Google par Absolute Référencement